***
Aller en haut Aller en bas

Tests Blu-ray 4K UHD & Blu-ray 3D Halluciner.fr Tests Blu-ray 3D - Blu-ray 4K Ultra HD Halluciner.fr





Test film Cinéma 3D En Eaux Troubles 3D (The Meg 3D) review


















Nom du filmTechno Cinéma 3D
En Eaux Troubles 3D

Date de sortie : 22/08/18
Cinéma Paris
Pathé Beaugrenelle

Passif Dolby

Synopsis :
Au cœur de l’océan Pacifique, le sous-marin d’une équipe de chercheurs a été attaqué par une créature gigantesque qu’on croyait disparue : le Megalodon, un requin préhistorique de 23 mètres de long. Le sauveteur-plongeur Jonas Taylor doit risquer sa vie pour sauver les hommes et les femmes prisonniers de l'embarcation… et affronter le prédateur le plus terrible de tous les temps.

Produits dérivés :


INTRODUCTION :
En Eaux Troubles de Jon Turtletaub est stéréographié par Marcus Alexander à qui on doit la conversion assez moyenne de Jumanji mais également celle d’Alpha dont je parlerai dans quelques jours.Mais je dois dire que En Eaux Troubles est une assez bonne surprise en terme de 3D. La conversion est de très bonne qualité avec pratiquement aucun artefact. C’est bien simple, je n’en ai noté qu’un seul autour d’une chevelure ébouriffée, mais peut-être est-ce parce que j’étais pris par l’action !




PROFONDEUR 3D :
Note
4/5
Profondeur 3D :  
Dès le début du film on voit que les profondeurs sont excellentes et c’est une bonne surprise. En effet, les scènes sous marines auraient pu souffrir d’une profondeur de champ trop courte, mais il n’en est rien. Que ce soit sous l’eau ou dans Mana One, la base sous marine, on est agréablement surpris par la bonne moyenne de la profondeur et du peu de flou en dehors des gros plans. Les volumes sont bien respectés, les fonds se détachent bien, on évite l’effet de placage que l’on retrouve trop souvent dans les conversions bas de gamme. La profondeur créée en conversion donne une excellente appréhension des longs couloirs de Mana One et accentuent l’immersion dans le décor. Paradoxalement, c’est parfois en extérieur que les flous apparaissent ce qui est plutôt surprenant. Pas sur les plans larges qui sont très beaux, mais sur certains plans moyens et sur les gros plans.Je mets donc un 4/5 pour les petits flous légers, mais dans l’absolu, on a affaire à une profondeur de qualité.

JAILLISSEMENTS 3D :
Note
4/5
Jaillissements 3D :  
Pas de jaillissements délirants dans En Eaux Troubles, mais de beaux effets immersifs dans les scènes aquatiques. On sent littéralement les particules tournoyer devant l’écran sans que cela nuise à l’action.On a également de beaux arrondis sur les visages et même des champs/contre-champs assez jolis en terme de 3D. Ok, ils auraient été mieux si ils avaient été réellement étudiés pour la 3D et filmés avec une focale plus courte, mais dans l’ensemble, ils sont de belle facture.Vous le savez désormais, je suis un adepte de l’immersion, pas du jaillissement extrême donc je trouve presque mon bonheur dans En Eaux Troubles. Marcus Alexander nous réserve tout de même quelques beaux effets dans les 20 dernières minutes du film afin d’accompagner au mieux la tension créée par le scénario. On a quelques belle projections vers le milieu de la salle pour lesquelles on aurait apprécié un montage moins 2D, laissant profiter de l’effet. Mais diffusion en 2D oblige, le montage est rapide, coupant parfois un effet et c’est dommage !


LUMINOSITÉ :
Note
5/5
Luminosité :  
Une belle luminosité durant tout le film que ce soit pour les scènes extérieures ou les scènes sous-marines. Bien sûr, une fois de plus j’ai vu En Eaux Troubles dans mon cinéma de prédilectionle Pathé Beaugrenelle équipé en Dolby 3D dont je ne dirai jamais assez de bien en terme de luminosité !


GHOSTING :
Note
5/5
Ghosting :  
Aucun ghosting n’est visible dans En Eaux Troubles. Si vous en avez dans votre salle, cela vient de la salle.





CONCLUSION 3D :
Note
4/5
Bilan 3D :
Globalement nous avons avec En Eaux Troubles un film dont la 3D est de qualité. Ni trop, ni trop peu. La conversion est réussie et on a quelques scènes dont la profondeur contribue grandement à créer le suspens. On scrute les fonds sous-marins à la recherche de la créature, comme les héros du film. Même si on pouvait s’attendre à un peu plus de jaillissements d’un film de ce type, on n’est jamais frustré de ne pas en avoir assez et le final est assez percutant. Vous pouvez y aller en toute confiance.

Fabien Remblier


Nouveau membre à la rédaction Halluciner.fr, Fabien Remblier est réalisateur et stéréographe. Depuis 2010, il a réalisé une quarantaine de captations de concerts et shows en 3D dont certaines, récompensées dans des festivals 3D internationaux sont sorties en salles. Il supervise les corrections relief de plusieurs documentaires et vient de réaliser un court-métrage, forcément en 3D ! En 2011 il écrit le livre « Tourner en 3D-relief » édité chez Eyrolles où il détaille la technique, le matériel mais également une certaine vision moins académique de l’utilisation de la 3D de la pré-production jusqu’à la post-production. Pour lui la 3D est plus que du cinéma, c’est une nouvelle façon de tourner qui implique que le réalisateur sorte de sa vision cinématographique classique en 2D. Il est également le responsable des contenus 3D de laTV3D, la plateforme VOD 100% dédiée à la 3D-relief. Cette passion de la 3D, il la met aujourd’hui au service de Halluciner.fr pour vous aider à trouver au cinéma, la meilleure expérience cinématographique 3D possible.


A SUIVRE SUR LE SUJET :

Test En Eaux Troubles 3D Blu-Ray 3D (2018 - © Halluciner)





Ne loupez aucun film 3D au ciné : recevez par mail les infos des sorties et tests des films 3D au cinéma en vous inscrivant à notre Newsletter dédiée aux films 3D à l'affiche au cinéma :



S'inscrire à la Newsletter Les Films 3D à l'affiche au ciné



*J'accepte de recevoir la Newsletter dédiée Halluciner.fr.

samedi, août 25, 2018


.