Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !




Follow us on Facebook

The Amazing Spider-Man 2 Blu-ray 3D / Jaillissements 3D


1.
2.
3.
4.


JAILLISSEMENTS 3D :

Note
4/5
Jaillissements :
On analyse maintenant le registre des jaillissements 3D dans le film. Pour préserver le suspense, on pourra déjà révéler que le film propose assez régulièrement de légers débordements d'éléments de décors ou personnages hors du mur.

Cette première gamme d'effets 3D est certes minimaliste, mais elle a au moins le mérite d'exister et d'ajouter un peu de perspective même à certains séquences narratives.

La découverte du premier quart d'heure nous donne aussi l'occasion de gouter à la deuxième révélation du film : les séquences de jaillissements avec Spider-Man.

Cela ne représentera pas une surprise pour tous les amateurs de 3D qui avaient visionné le 1er opus à l'époque, puisque pour rappel celui-ci avait su nous impressionner à de nombreuses reprises lors des séquences centrées sur Spider-Man.

On prend les même et on recommence, en ajoutant encore une pincée d'intensité de jaillissements 3D, et surtout en multipliant les interventions de notre héros sur les 2H20 que constitue le film !

Et dès le début du film, on jubilera de voir notre héros se déplacer de jour entre les différents buildings pendant 5 bonnes minutes, avec un nombre important de jaillissements permanents de Spider-Man hors de l'écran.

C'est simple, malgré la contrainte de format en 2.40, on saluera le super travail du studio qui maintient presque toujours Spider-Man en plein cadre, au centre de l'image, permettant tout d'abord de le faire jaillir régulièrement et furtivement en plein milieu de la pièce pendant ses déplacements et autres mouvements virevoltants (à 1m50-2m hors du mur), mais aussi et surtout d'éviter au maximum le piège classique des windows-conflict !

On en prend donc plein les yeux avec cette palette riche en jaillissements permanents : on a même de courts passages avec des projections de toile en dehors de l'écran.

On aussi une séquence énorme lors d'un slow-motion dans un bus, avec tous les objets environnants du bus projetés en jaillissement permanent vers l'avant, à 2m hors du mur, permettant de bien tous les distinguer en approche du canapé !

Après cette première longue séquence top démo, on retrouve le calme sur le registre des jaillissements pendant un long moment, et seuls les débordements comme évoqués plus haut, s'inscrivent discrètement à la narration.

Il faut attendre plus tard, lors de la séquence dans les labos d'Oscorp, avec les plans sur les bassins de murènes, pour avoir quelques jaillissements permanents de bulles à 1m50 hors du mur.

C'est lorsque l'on aura la première apparition du Vilain principal de ce nouvel opus, Electro, qu'on pourra de nouveau jouir du spectacle 3D, avec de nombreux jaillissements permanents et effets de projections d'électricité hors du mur.

Une fois cette séquence passée, on retombe de nouveau dans une gamme de jaillissements presque inexistante. Pourtant l'attente en vaut le chandelle, car les 20 dernières minutes du film constituent une des séquences 3D les plus impressionnantes de l'année !

En effet le dernier combat de presque 20 minutes, propose une mise en scène 3D assez exceptionnelle (merci les CGI), avec des cadrages choisis à la perfection, et une infinité d'effets de projections et de jaillissements hors de l'écran !

Les différents entrechocs occasionnés vont voler en éclat les décors, avec une profusion d'éléments de décors, bris de verre et autres qui finissent leurs courses sur le canapé : exceptionnels aussi bien en qualité qu'en quantité !

Aussi impressionnants demeurent la foudre et les attaques électriques dont est capable Electro, avec des effets 3D qui sortent facilement de 2m hors du mur.

Idem dans les séquences majeures, on a souvent des effets de fil tiré par Spider-Man qui sortent du mur : on a même un passage culte au ralenti avec la toile qui sort de plus de 2m50 pendant de longue seconde !

Enfin de manière récurrente dans toutes les scènes d'action, on relèvera un nombre important d'effets de projection d'étincelles hors du mur !

Au final, on n'a peut-être que 30 minutes de séquences top démo de jaillissements sur 2H20 de film, mais puisqu'elles concernent les meilleures moments d'action du film, on ne peut que s'en trouver comblé, et pardonner que sur les 3/4 restants de narration assez contemplative, la gamme soit peu voire pas exploitée !



1.
2.
3.
4.

lundi, août 04, 2014


.