Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !



Follow us on Facebook

Meilleurs Blu-ray 3D sortis en septembre : 2e




2ème : STAR TREK INTO DARKNESS 3D




Image & Profondeur : 
Jaillissements : 
Bilan 3D : 

BILAN 3D :
J.J Abrams s'empare également de la 3D pour proposer un nouvel opus de Star Trek dans nos univers tridimensionnels baptisé Star Trek into Darkness 3D Blu-ray 3D. A la grande surprise générale, ce réalisateur n'opte pas pour une captation en 3D native comme ses confrères et maîtres du genre (James Cameron, Martin Scorsese, Ridley Scott ou dernièrement Lurhmann) pour préférer une conversion 3D qui se révèle au final de premier choix, conversion effectuée par StereoD, le studio en charge notamment des conversions post-production 3D de Titanic 3D, Iron Man 3 3D et du prochain Pacific Rim 3D. Ainsi, pensé pour la 3D à chaque plan et lors de la manifestation du moindre effet 3D, Star Trek 3D parvient à nous convaincre dans les 10 premières minutes qu'on a affaire à une des perles techniques 3D de l'année. Au programme un effet de profondeur 3D souvent magistral, qui excelle aussi bien dans les plans larges ou panoramiques en extérieur, que lors des plans en intérieur avec très souvent un excellent détachement 3D entre les différents éléments. On appréciera tout particulièrement les scènes d'action qui s'inscrivent souvent dans des environnements 3D qui disposent ponctuellement d'une profondeur 3D top démo, à l'instar des innombrables séquences de distorsion dans l'espace avec un couloir virtuel tracé juste devant nous qui semble nous aspirer littéralement et physiquement, ou lors des plans en vue subjectives à travers la vitre de la passerelle de commandement qui évoquent fortement l'expérience visuelle d'un Star Tours à Eurodisney. On ne comptera pas non plus les innombrables plans de narration où la profondeur 3D appliquée sur les décors rappellent le naturel et le réalisme troublant d'un Prometheus 3D. Pourtant à côté de cela, s'invite hélas quelques flous réguliers sur certains arrière-plans, essentiellement sur les plans rapprochés et statiques, rien de fondamentalement discriminant par rapport à la concurrence qui abuse également du procédé, mais juste suffisant pour enlever le demi point fatal à l'évaluation de la profondeur 3D pour atteindre le St-Graal de 5/5.
Quid des jaillissements dans le film ? Autant dire que si la profondeur 3D fait le job sur l'ensemble du film, avec 50% où elle y excelle, le registre des jaillissements 3D n'a pas été oublié dans le film, c'est le moins que l'on puisse dire, car il impressionne autant voire plus que celui de la profondeur 3D. Ainsi les premiers environnement du film en terre inconnue tapent très fort dès le début, et mettent en scène parmi les plus beaux effets 3D, voire même les plus effets 3D à ce jour sur les jaillissements de particules ! Travellings, panoramiques, tout est prétexte pour un déluge de jaillissements permanents de particules environnantes, de braise, poussière incandescente qui volent en plein milieu de la pièce à plus de 2m de distance hors du mur, et ce pendant presque pratiquement 10 minutes non stop, avec en guise de cerise sur le gâteau de nombreux débordements accentués et jaillissements permanents d'éléments de décors. Une introduction grandiose parmi les 10 plus belles visionnées à date, voilà une belle introduction en la matière. Bien sur le film n'est pas qu'un film 100% action, et l'histoire alterne ensuite entre moments narratifs plus ou moins statiques et scènes d'action. Pendant les phases où on récupère, on a droit à de simples débordements 3D voire des jaillissements permanents de 1m à 2m parfois sur les objets, décors ou personnages, ce qui est parfait pour prolonger l'immersion issue des phases démonstratives 3D. On aura même des sorties d'écran parfois très significatives avec une main tendue, ou un vaisseau Entreprise affichés à 2m hors du mur. mais dès que l'action repart de plus belle, on repart dans le top démo 3D, notamment dans les innombrables séquences de vols, tirs ou affrontements avec une profusion d'éléments 3D projetés naturellement vers le spectateur en mode jaillissements type projection (verre, débris...). On a même le privilège d'être parfois visés directement par certains protagonistes (tirs, visées laser, étincelles etc...). On jouira également de nombreuses séquences qui dupliquent ces effets 3D magistraux de jaillissements de particules du début du film ! En effet pour faire simple, jamais un film auparavant n'avait proposé autant de séquences de jaillissements permanents de particules au milieu de la pièce sur la durée (braise, débris flottants dans le vide, poussière, étincelles, terre etc...). On appréciera enfin les nombreuses séquences de jaillissements de type projection qui se manifestent à chaque explosion ou destruction d'environnements (débris, verre, tôle etc...). Il ne manquait que quelques jaillissements très prononcés d'objets, décors ou personnages vers le canapé pour parachever cette œuvre 3D.
Au final un nouveau divertissement top démo 3D, qui échoue aux portes du 5/5, et atterrit en embuscade juste derrière avec une note globale de 4,5/5 bien méritée, se permettant d'égaler voire dépasser de nombreuses très bonnes productions renommées tournées en 3D native ! Il aurait suffit simplement de moins de flou sur certaines séquences pour rentrer dans la légende. Sur un prochain opus certainement, avec si possible un format plus noble de 1.78 pour mieux apprécier la perfection des effets de jaillissements permanents de particules et étendre la zone 3D et la portée spatiale à toute la pièce ! Derniers mots pour les plus pressés, ne zappez pas le générique de fin en CGI 3D, qui propose une superbe gamme d'effets 3D, et se révèle être potentiellement le plus beau générique de fin 3D d'un de nos contenus en Blu-ray 3D ! Musique Maestro !
Franck Lalane

LES PLUS (+)
LES MOINS (-)

Un effet de profondeur 3D et de détachement 3D très bon sur l'ensemble du film
Un effet de profondeur 3D excellent sur 50% du film
Les plans larges/panoramiques avec un effet de profondeur/hauteur 3D souvent bluffant
Des effets 3D sublimes lors des séquences de distorsion / hyperespace à bord du vaisseau
De nombreux débordements 3D et jaillissements permanents (bustes, décors, objets à plus d'1m hors du mur)
Une palette de jaillissements de type projection intense et régulière (tirs, débris, morceaux de verre, lasers...)
De nombreuses longues séquences cultes de jaillissements permanents de particules tout le long du film : braise, particules environnantes, éléments flottants, poussière, étincelles, météorites, qui s'affichent au milieu de la pièce)


Du flou régulier et furtif sur les arrière-plans concentrés sur les plans serrés ou statiques, zooms..
L'effet de profondeur 3D qui semble un peu moins intense lorsque les arrière-plans perdent en netteté
• Le format d'image 2.40 qui limite l'impact de la très belle palette d'effets de jaillissements du film
Quelques effets de jaillissements qui manquent parfois d'un peu d'intensité ou de netteté en 3D














>VOIR LE TEST COMPLET
1.
2.
3.
4.


dimanche, septembre 29, 2013


.